Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

2.11.18

LES ACTIONS DE CORINNE LÉONET

C’était encore le temps où fleurissaient en France les mots "Jazz Action" qui dessinaient nos chemins sur les cartes musicales. Corinne Léonet aimait beaucoup le mot "Action". Elle y tenait. Un mot politique, un mot de cinéma. Corinne était agent comme on dit, agent agissante. Chanson et jazz. On la rencontrait, en des lieux d'ébullitions typiquement seventies, comme Angoulême, Jazz Unité, Le Dunois, puis Rive De Gier, Cluny, Chantenay-Villedieu, tel club, tel péniche… Ceux qu'elle avait créés : Le Tripot où l'on entendait en 1972 des chanteurs comme Jacques Bertin. La rue de Bruxelles. Avec Didier Levallet, elle inventait tout le temps, les disques In and Out par exemple. On pense à cette association de 1982 au nom rigolo le Japif (à sa demande, le "a" pour action) avec Sylvain Torikian, Didier Levallet, Gérard Terronès, Alain Bideau, Jean Buzelin, Denis Constant, Alex Dutilh, Jean-François Michel, Jean Rochard, Jean-Paul Rodrigue... On pense aussi à Christian Mousset, Marie Castets, Dominique Abdesselam, à Martine Palmé, à Jean-Jacques Birgé avec qui elle réalisa Sarajevo Suite *. Ses compagnes et compagnons musiciens pour qui elle traçait la route avaient pour nom Kate et Mike Westbrook, Willem Breuker, Annick Nozati, Chris McGregor, Le Rova Saxophone Quartet, Trevor Watts, Kahondo Style, René Botlang, Phil Minton, Lindsay Cooper... L'empreinte demeure forte. Cette femme a marqué notre histoire, nos histoires, l'histoire de nos histoires. Il y eut d'autres appels, d'autres mondes, de Maroquinerie, de Maroc... Corinne est partie définitivement hier.

* Hommage de Jean-Jacques Birgé à lire sur son blog

3 commentaires:

Gérard Rouy a dit…

Triste !

Jason Weiss a dit…

Oui, triste nouvelle. Merci, Jean, pour le bel hommage.

MARTIN MEISSONNIER a dit…

Une grande pensée pour cette merveilleuse Corinne qui a fait tant de choses pour la musique