Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

11.5.20

LE NAUFRAGÉ DU CAMEMBERT


Le 11 mai, on nous le serine depuis des jours et des jours, « c’est le grand jour ». Pas un jour sans un « J moins 5 », « J moins 4 », « J moins 3 », éructé par les postillonneurs de l’information. Ils préviennent en faisant les gros yeux « que attention il ne faut pas prendre ce 11 mai tout à fait pour le grand jour » puis avec ce faux air complice salement sympa « que ça l’est tout de même quand même ». Une crapule cravatée assure même qu’il s’agit « d’une bouffée d’oxygène pour l’économie ». Confirmation qu’on n’a pas changé de monde, c’est toujours l’économie qui a besoin d’oxygène, pas les êtres. Le 11 mai ? De quel égrotant esprit est sortie cette date ? De quelle frime ? On l’oublie presque. Alors sur l’écran plat devenu notre seule ligne d’horizon, on s’excite, on prévoit des apéros, des fêtes. Mais que fêter le 11 mai ? Les milliers de morts victimes de l’ahurissant appauvrissement des systèmes de santé ? La reprise pour un monde d’après taillé dans les  recettes du monde d’avant mais en pire (et qu’en plus il faudrait faire un effort pour y parvenir) ? La tranquille infantilisation, le doux abêtissement d’un grand camp de vacances très contrôlé où pour passer le temps on se lance des « défis », oh pas des défis pour envoyer un tigre dans la cour de l’Elysée ou élaborer la plus belle barricade, non, des petits machins narcissiques, au mieux nostalgiques ? L’assurance de moins de plaisir, plus de flics ? L’aplatissement de toute créativité à la seule taille d’un écran ? Les chagrins qui ne peuvent plus être partagés ? L’oubli du reste du monde, de ses violences, de ses douleurs ?  La parade indécente des médicastres de la politique, des élus électoralistes et leurs interminables et si morbides laïus assortis de plans au mieux cafouilleurs sinon despotiques ?

De ces crâneurs et leurs impayables porte-paroles, il existe un champion : le régent. Et pour faire son intelligent, le 6 mai, il s’adressait au "monde de la culture" qui, paraît-il, attendait ce moment avec impatience. On redoutait tout de même l’ennui des plates interventions robotiques dont il est coutumier et on ne fut pas déçu. Ce fut un grand show fascinant à force de recourir aux plus grossières ficelles de l’artifice. Un équivalent théâtral d’une représentation de Florence Foster Jenkins privée de ses charmes amateurs. Panoplie d’automate au garage, attention on est dans le monde « culturel », allure faussement cool, ton platement copain, godichonnes gesticulations. À la droite de cet auto-fantasmé petit père de la nation, le ministre de la culture, dernier modèle avant les soldes, dans un rôle de stagiaire secrétaire empoté qui prend des notes, coi devant celui qui lui a chapardé les miettes de son rôle. Tout cela aurait pu faire un ridicule film muet, mais voilà c’est un parlant et le texte est à la hauteur du reste. Voulant peut-être faire dans la métaphore post maoïste – ça eut fait chic devant des intellectuels - le régent fait une sortie de route en évoquant (sans prendre la mesure de l’involontaire accident) Julius Evola, philosophe fasciste, auteur de Chevaucher le tigre, missel d’une nouvelle pensée d’extrême droite. « On rentre dans une période où on doit en quelque sorte enfourcher le tigre, et donc le domestiquer. Il ne va pas disparaître le tigre, il sera là. Et la peur sera là dans la société. Le seul moyen que le tigre ne nous dévore pas, c’est de l’enfourcher. » Dans les années 30, Evola invitait Mussolini à transformer l'Italie en « nation de guerriers ».  Invitation à traverser la rue à dos de tigre pour rejoindre « ces gaulois réfractaires » « qui ne sont rien » ? Intéressant d’imaginer le tutoriel de notre Clémenceau d’opérette monté sur l’animal réel, mais le régent n’a même pas Louis Rapière comme beau-frère pour se parfumer à la dynamite. Pensait-il peut-être à un modèle de félin en papier, papier dont on fera un jour les masques manquants, jugées inutiles puis obligatoires ?

Autre grand moment, c’est la vague citation de Simon Leys citant G.K. Chesterton citant Robinson Crusoe de Daniel Defoe. Ça en fait des rues à traverser pour parvenir au naufragé. Feignant une inspiration soudaine, les mains derrière la nuque, le régent lance un « Quand Robinson part, il ne part pas avec des idées de poésie. Il va dans la cale chercher ce qui lui permet de survivre. Du fromage. Du jambon. Des trucs concrets. » Des trucs concrets, pas de la poésie, vous avez compris ! Sauf que la citation de Leys est celle-ci : « Ainsi, pour Chesterton, l'un des plus grands poèmes jamais écrits se trouve dans Robinson Crusoé : cette liste de toutes les choses que Robinson réussit à sauver du naufrage de son navire: "deux fusils, une hache, trois sabres, une scie, trois fromages de Hollande, cinq pièces de viande de chèvre séchée..." La poésie est notre lien vital avec le monde extérieur, la ligne de sécurité dont dépend notre survie même et, en certaines circonstances, le dernier rempart de notre santé mentale. » . Bon dans la chèvre tout est bon, même le cochon. À condition qu’il ne soit pas trop vieux car le régent « pense en particulier aux créateurs de moins de 30 ans ».

Au milieu de ces impressionnantes considérations philosophiques, il y eut quelques promesses concrètes, telle celle sur l’année blanche des titulaires du régime de l’intermittence et que les droits « soient prolongés d'une année au-delà des six mois où leur activité aura été impossible ou très dégradée. » soit jusqu'à fin août 2021, et «  l'exonération des cotisations pour quatre mois. ». Deux mesures minimales qui restent fort imprécises selon les spécialistes - et auraient dû être prises dès le 14 mars et faire l’objet d’un simple communiqué, pas d’un triomphalisme napoléonien.

Nota bene : il y a des artistes et techniciens titulaires du régime de l’intermittence du spectacle. Leur métier n’est pas d’être « intermittent » comme communément admis (parfois, sans prendre gare, par eux-mêmes) comme celui des artisans ou des ouvriers n’est pas celui d’être « assuré social ». Le langage mérite ses précautions.  [1]

Mais de toutes les façons, ajoute le régent goguenard, ces mesures n’auront peut-être « même pas besoin d’être appliquées » puisque grâce à de nouvelles activités financées par l’état on va « réinventer d'autres formes de colonies de vacances apprenantes et culturelles. ». Et voilà la nouvelle « utopie » qu’on va « réaliser ensemble » : l’art à l’école, une idée bien neuve. La tarte à la crème de la « réinvention », mot brandi à tout bout de champ pour dire qu’on ne sait pas trop quoi faire ou pour habiller de petites réformes bouffe.

C’est insultant pour celles et ceux qui apprécient depuis longtemps de confronter leur expression aux écoliers, aux prisonniers, aux malades, aux vieillards. C’est également insultant pour les autres qui pensent que ni la rage, ni l’insoumission, ni l’amour n’ont de mode d’emploi à dicter. Insultant aussi quant on a ni envie, ni disposition, ni connaissance,  pour que le champ de sa pratique et sa vision soit déplacé – réduit - de force ? Insultant encore pour les enseignants et enseignantes qui consacrent leur vie à ces tâches. Cela fait déjà un moment que l’on nous bassine avec « L’action culturelle » au point de la transformer en « animation culturelle » puis en animation tout court, comme devant les rayons de supermarchés ou des épiceries de luxe.  Alors certes, collaboration involontaire, l’emportement des « réseaux sociaux » a prêté le flanc en devançant l’appel « joyeuses colonies de vacances ». Quelle imagination de fertile déflagration faut-il pour imaginer (et le régent en a encore fait proposition) « un concert sans public » ? Pourquoi pas un concert sans musique ? Tiens c’est une idée ! Soyons modernes, entreprenants, il reste encore tant à détruire.

Le fromage coule chez notre naufragé de salon navigant depuis trop longtemps dans les eaux usées du langage. Dans les hôpitaux les gens meurent et le voilà, sans honte, qui fait l’intéressant devant les artistes. Artistes qu’il imagine représenter le monde « culturel » en négligeant d’oubli cruel – le régent a ses valeurs - une part fort conséquente de ce monde : les non « intermittents », les accompagnateurs, les travailleurs de l’ombre et bien d’autres encore sans qui aucune lumière ne peut prendre éclat. La veille le régent faisait le zouave engoncé, masqué et démasqué, devant des enfants d’une école pas très fan de ses blagues et conseils faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais.

Le 11 mai est une date de "libération" fabriquée par le régent-comédien, le même qui le 6 mars prévenait que « si on prend des mesures qui sont très contraignantes, ce n'est pas tenable dans la durée » avant de se rendre au théâtre en prétextant que « malgré le coronavirus, la vie continuait. »  Le 11 mai donc, l’épidémie est invitée à rejoindre toute autre épidémie visant corps ou esprits pour un retour à la misère « normale » empirée de nouvelles privations, nouveaux abattements loin de logiques curatives, toujours un peu plus totalitaires. Et là encore, défenses et bon soins libérateurs seront nécessaires. Puissent la force de nos expressions, de nos enfances, refuser toute domesticité et aider à mettre fin à un cauchemar où les apprentyrans disputent la vedette aux virus assassins.


[1] Sans vouloir ternir l’enthousiasme voulant que ces mesures aient été obtenues grâce à une pétition réunissant 200 000 signatures assimilée à une « lutte », il est probable que ce soit davantage l’adresse directe de quelques stars au régent qui les ait « permises » .




 .

10.5.20

VERS LE SOUFFLE CONTINU

Le Souffle Continu (20-22 rue Gerbier 75011 Paris) réouvre ses portes lundi. Comme il est important de soutenir les libraires, il est capital de soutenir les disquaires, non seulement par acte encourageant, par prêt de main forte, mais parce que c'est vital pour la musique afin qu'on ne devienne pas des oies gavées de streaming jusqu'à extinction des sources. Et la période qui vient, plutôt que nous précipiter dans le dataréacteur-datadestructeur-databroyeur, peut nous amener à reconsidérer la place "physique" et par là même l'esprit tout entier. Donc, n'hésitez pas à vous rendre au Souffle Continu ou chez vos disquaires proches et, si cela vous est difficile, de leur commander ce que vous souhaitez qu'ils vous feront un plaisir de vous expédier. Il est temps de nous reprendre afin que, de toute évidence, le souffle continue.

Photo : B. Zon

1.5.20

FAITS DU TRAVAIL (VIRAL)


Scandaleuse,  la radio scandaleuse ment scandaleusement. Qu’elle s’appelle Info ou Inter, elle répète déjà depuis la veille  que le 1er mai célèbre « la fête du travail ». Le petit régent lui-même a repris cette terminologie. C'est bien pratique et insultant.

Doit-on une fois encore faire le rappel historique de l’origine du 1er mai, fête des travailleurs ? Rappeler qu’à l’issue de la grande grève de Chicago à l'usine McCormick le 1er mai 1886, suivie nationalement par 340 000 ouvriers, alors qu’August Spies, militant anarchiste, termine son discours avant la dispersion, la police charge et tue au moins deux ouvriers de McCormick [1] en en blessant plus d'une dizaine d'autres ; évoquer le meeting de Haymarket Square organisé trois jours plus tard par Spies et deux autres anarchistes, Albert Parsons et Samuel Fielden, toujours à Chicago, lorsqu’au moment de la dispersion, la police charge et qu’explose une mystérieuse bombe tuant un policier puis sept autres dans le chaos suivant [2] ; retracer l’arrestation de huit anarchistes tenus responsables sans la moindre preuve : Spies, Parsons, Fielden ainsi que George Engel, Adolph Fischer, Louis Lingg, Michael Schwab, Oscar Neebe, suivie de leur procès parce qu'ils luttaient pour la journée de huit heures, puis leur condamnation à mort [3] au motif énoncé – ordonné - par le procureur Julius Grinnel « Messieurs du jury : condamnez ces hommes, faites d'eux un exemple, faites-les pendre et vous sauverez nos institutions et notre société » ; et souligner enfin qu’en 1889, à Paris, la IIe internationale choisit le 1er mai comme fête des travailleurs pour obtenir la réduction horaire de la journée de travail, en hommage aux huit de Haymarket.

Non le 1er mai, n’en déplaise aux nostalgiques maréchalistes [4], aux sanglants productivistes et aux apprentis esclavagistes, n’est pas la fête du travail, mais son contraire, la fête des travailleurs pour la diminution du temps de travail et le retour à la vie. Et c’est bien du retour à la vie [5] qu’il s’agit aujourd’hui plutôt que du retour au travail comme seule aptitude humaine.

Là encore, l’impressionnante confiscation du langage redétermine par à-coups successifs et incessants les contours de nos vies, pour enlever nos vies elles-mêmes… comme un virus. 


[1] Selon les sources, les chiffres varient - on trouve les chiffres des ouvriers de MacCormick tués de 1 à 3 - d'autres morts sont parfois évoqués.

[2] Selon les sources : côté manifestants entre 4 et 7 morts et jusqu'à une centaine de blessés.
 
[3] Oscar Neebe sera condamné à 15 ans de prison, les peines de mort de Michael Schwab, Oscar Neebe et Samuel Fielden seront commuées en prison à perpétuité suite à un vaste mouvement international mais August Spies, George Engel, Adolph Fischer et Albert Parsons seront pendus le 11 novembre 1887 devant les réjouis capitaines d’industries réunis et leurs familles au grand complet sur invitation. Louis Lingg se sera suicidé dans sa cellule. 

[4] Le 24 avril 1941, le maréchal Philippe Pétain par la loi Belin renomme le 1er mai « fête du Travail et de la Concorde sociale » mettant en place la devise « Travail, Famille, Patrie » interdisant le vocable « la fête des travailleurs » au motif qu’il fut porteur de lutte des classes. 

[5] Différente de la télévie