Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

19.4.08

CINÉMA TRÈS GRAPHIQUE


Les Rolling Stones sont un des rares groupes a avoir été filmé à diverses époques et dans des contextes différents (mais à chaque fois fort précis) et bien filmés par quelques as de la pellicule : Jean-Luc Godard pour One + One, Robert Frank pour Cocksucker Blues - qui demeure interdit de projection par Mick Jagger -, David Maysles et Charlotte Zwerin pour Gimme Shelter, Hal Ashby pour Let’s Spend the Night Together et puis Martin Scorcese pour Shine a light sorti cette semaine sur les écrans français. L'ensemble des films précités (sans compter les moins cinématographiques, mais néanmoins très intéressants Stones in the Park et The Rock and Roll Circus ) abordent moult facettes du cinéma : nouvelle vague, film d'horreur, comédie, mystère, drame psychologique etc. et chacun nous livre un petit secret. Shine a light offre une troublante, mais captivante proximité des personnes (de leurs peaux), une vision étrange et un mouvant abîme qui sépare et réunit l'ultra dynamique Mick Jagger superentraîné et le drôlement amoché et intact Keith Richard en possession de moyens merveilleux. Face à Mick Jagger, ni Christina Aguilera, ni Jack White ne font le poids (même s'ils assurent de leur mieux), mais en présence de Buddy Guy, Mick Jagger doit s'effacer, ce qui n'est pas le cas de son compère guitariste, alors en bonne intelligence. Voilà donc la révélation de ce film, si l'on en n'était pas déjà persuadé : un lord ne pourra jamais aller aussi loin qu'un pirate.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Scorcese viellit (mal)

Seger a dit…

1+1 = ?