Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

11.2.07

CONCORDANCE DES TEMPS




Etonnant! Lors de mes lectures dominicales, je me suis rendu compte que la page 18 du dernier numéro du Plan B (acheté à la manif jeudi, numéro 6) était consacrée aux rapports que les révolutionnaires allemands avaient aux médias en faisant référence aux deux articles publiés dans Der Ziegelbrenner ces jours derniers pour (re)lancer ce blog. L'article revient sur cette période méconnue de l'histoire où une partie des Allemands (inspirés en partie par la victoire des Bolcheviks en Russie) souhaite au moment de l'armistice du 11 novembre 1918 en finir avec la société conservatrice allemande (proclamation de la république à Münich le 7 novembre, volonté des spartakistes d'instaurer une république socialiste, grève générale à Berlin le 4 janvier 1919). Les sociaux démocrates du SPD s'opposent à tous ces mouvements. Les révolutionnaires que le gouverneur général de Berlin Gustav Noske (ex député socialiste) entend réprimer sans gêne "Il faut que quelqu'un soit le chien sanguinaire, et je n'ai pas peur de cette responsabilité", s'en prennent au "parti de la presse et de l'argent" en s'emparant de l'organe de presse social démocrate Vortwärts et en l'occupant. Cette semaine sanglante se solde par 1200 morts et Noske ordonne l'assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht (fondateurs du Spartakisme). La presse bourgeoise salue l'ordre rétabli grâce à ces "troupes obéissant à leur chefs". À Münich où la révolution se poursuit, B. Traven écrit, sous le nom de Ret Marut, dans Der Ziegelbrenner les articles reproduits dans ce blog (extraits de Dans l'etat le plus libre du monde indiqué ici comme une publication de L'Insomniaque - référence à mon exemplaires -, mais qui apparaît dans le Plan B avoir été réédité par Actes Sud). Le 21 février, le président du conseil Eisner jugé trop proche des ouvriers est assassiné, ce qui entraînera une nouvelle grève. Traven dirige le département de la presse. La république des Conseils de Bavière est proclamée le 7 avril. Erich Mühsam, anarchiste, annonce que "la liberté de mensonges de la presse va cesser car la socialisation des journaux assure la vraie liberté d'opinion du peuple révolutionnaire". Traven fait part de son projet de collectivisation de la presse. Ce qui dérange profondément. Noske avec le soutien des Corps Francs (avec des officiers démobilisés comme Himmler ou Hess) et une armée de 50000 hommes, réprime l'ensemble du mouvement. Lorsque Traven, qui a échappé de justesse à la mort dresse la liste des massacreurs "officiers, soldats, grands prêtres du parti, juges, procureurs, mouchards", il termine par "les pisse-copie de la presse qui ment."

Le Plan B (bimestriel critique des médias et enquêtes sociales) abonnement conseillé (2€ au numéro)

1 commentaire:

Andrée a dit…

Alors les disques nato, on prépare un disque sur Traven ?