Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

18.2.07

GRAND JEU CONCOURS



Jean-Paul Sartre a inventé l'expression "Elections piège à cons" (titre d'un article paru le 20 janvier 1973)
Que dirait-il devant le spectacle de l'ennuyeux et sinistre match opposant la très bourgeoise Soeur Sourire de Medicis au vorace et coriace Napoléon IV (seul vampire à exercer de jour comme de nuit) pendant que les sept nains jouent aux billes avec leurs crottes de nez et qu'Henri IV fait cuire son cheval dans la marmite à poule au pot ?

5 commentaires:

Muriel a dit…

Qu'est-ce qu'on gagne ?

soeur sourire a dit…

"Moi j'ai les mains sales, jusqu'aux coudes. Je les ai plongées dans la merde et le sang.
Et puis après?
Est-ce que tu t'imagines qu'on peut gouverner innocemment ?"

Sartre dans "les mains sales"

et puis aussi
pas besoin de gril: l'enfer c'est les autres. (Huis clos)

Jean-Jacques a dit…

On a raison de se révolter (1974).

Roland a dit…

Bon okay, le casting des prochaines élections n'est pas folichon, on vous l'accorde, mais pensez-vous sérieusement que la phrase de Sartre soit de quelque secours dans ce bordel pas joyeux ? Et vous musiciens, que comptez vous faire ? On ne vous entend guère ?

grrr a dit…

À lire les programmes des différents candidats on ne risque pas de nous entendre mieux !
Hier soir, grand raout socialiste au Bataclan autour de la culture, avec du people en veux-tu en voilà, et on se congratule et on roucoule, mais de la politique culturelle point. Croyez-vous même que le sort des intermittents y fut évoqué ?
De notre côté, nous publions le Journal des Allumés du Jazz, abonnez-vous, c'est gratuit...