Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

20.7.24

IRÈNE SCHWEIZER


 "Jazz meets the world", c'était le nom d'une série d'albums produits en 1967 par Joachim Ernst Berendt pour Saba. Une de ces expérimentations (façon de parler, l'idée de rencontrer le monde pourrait aller de soi) des années soixante, mélange de recherche de racines, de chants insoupçonnés, de confrontations inédites, de respirer autrement, d'éphémère prévisionnel, de renouveau des libellules. Don Cherry ou François Tusques ouvraient des voies parallèles. À la moitié des années soixante-dix, on trouvait facilement ce genre de disques (Saba ou MPS... les productions Berendt) en solde dans les bacs de trottoirs des disquaires du quartier latin à Paris. Pedro Iturralde, George Gruntz, le jeune Paco de Lucia, ou Tony Scott en étaient quelques-uns des artisans. Un album intriguait particulièrement, celui de la rencontre entre le trio d'Inde Dewan Motihar et celui de la pianiste helvète Irène Schweizer augmenté des souffles de Barney Wilen et Manfred Schoof (artistes très bien vus par Berendt). Il émanait du trio d'Irène Schweizer (avec Uli Trepte à la basse et Mani Neumeier à la batterie, deux futurs fondateurs du groupe de ce qui fut un peu étrangement dénommé Krautrock : Guru Guru) quelque chose de profondément impliqué, comme une belle part d'histoire entière immédiatement intensément vécue (cette histoire de liberté qui n'a nul besoin d'inventer des restrictions). Un de ces sérieuses découvertes d'une vie. 

Suffisamment pour se jeter oreille et cœur dans tous les albums où figurait Irène Schweizer, ceux des groupes du batteur Pierre Favre (qu'on trouvait chez les mêmes disquaires) et les premières traces chez Ogun ou FMP (avec Rüdiger Carl, Louis Moholo ou John Tchicai). FMP où sortirent, en 1977 et 1978, Wilde Señoritas et Hexensabbat, deux albums tellement émoustillants qu'on ne pouvait faire autrement que les écouter sans cesse et en parler tout le temps. Si fait qu'il fut de désir bien naturel d'inviter Irène Schweizer en 1979 à Chantenay-Villedieu pour une soirée de deux solos, partagée avec Martial Solal. Le jeune Jean-Marc Foussat avait fait le voyage en Revox. Solal et Irène avaient tiré à pile ou face qui jouerait le premier, ce fut Solal. La relation entre les deux pianistes, en ce petit coin bucolique d'un monde meets the jazz, fut de la plus humaine amabilité. Ils s'entretinrent de moult faits et gestes pianistiques en prenant tout le temps, tous les temps même, comme celui d'Errol Garner. Chacun joua hors les murs (dans un entretien avec le journaliste Gérald Arnaud, Martial Solal parla même de ce concert dans son heureuse différence) et Irène Schweizer - souvenir d'edelweiss africain - chavira le public chantenaysien. Elle revint en 1981 pour un quintet proposé par le saxophoniste André Jaume avec la chanteuse Tamia, le contrebassiste Léon Francioli et son compère Pierre Favre. 

On l'écoutait beaucoup Irène, avec le Feminist Improvising Group, ou ce merveilleux trio avec Joëlle Léandre et Annick Nozati (nuits de Dunois en douze sons), dans nombre d'enregistrements FMP, etc., etc. La plus tendre des fulgurances ou la plus fulgurante tendresse. L'intuition en fusain.

Ceci explique cela : le rapport entre Irène Schweizer et les batteurs éclate de franchise juxtaposée, de hardiesse au plus près du battement. Ainsi soit libre. Les enregistrements publiés par la maison de disques zürichoise Intakt, fondée par Patrik Landolt (avec forte stimulation d'Irène Schweizer), en sont l'impeccable documentation : duos avec Louis Moholo (of course), Andrew Cyrille, Günter Sommer, Han Bennink, Hamid Drake, Joey Baron, Makaya Ntshoko et bien sûr Pierre Favre (on se souvient en passant de l'impression qu'elle fit à Michael Bland émerveillé en l'écoutant à Willisau un 29 août 2004). En complément des enregistrements FMP, on sera bien avisé d'ailleurs de réaliser le travail accompli par Intakt pour tant d'inestimables documents des relations de la pianiste, avec Joëlle Léandre (Les Diaboliques, trio complété par Maggie Nichols ou le Paris Jazz Quartet avec Daunik Lazro et Yves Robert), Marilyn Crispell, le London Jazz Composers Orchestra et Musical Monsters, éblouissant album - perle parmi les perles - enregistré à Willisau avec Don Cherry en compagnie de John Tchicai, Irène, Francioli et Favre. 

 Un nouveau rêve a rencontré le monde. Il perdurera au-delà de ce 16 juillet 2024.


Photographie : Guy Le Querrec - Magnum, Irène Schweizer avec Pierre Favre, Chantenay-Villedieu, 5 septembre 1981.

8.7.24

LA BD À TOUS LES ÉTAGES (DISCOGRAPHIQUES)


  

Il y a bien sûr une joie certaine de croiser, au Centre Pompompidou, dans l'exposition La BD à tous les étages, des œuvres de Killofer, Mœbius, Mattotti, Johan de Moor avec cette petite vibration qui rend heureux en pensant aux couvertures de disques qu'ils ont illustrées. À tant d'autres aussi dont le dessin est de musique... cette conjonction éperdument coordonnée, tellement aimée, de la participation d'illustratrices et illustrateurs de BD aux disques nato : l'inverse du repli : la chair entière.

 

 

2.7.24

FUITE EN PAPIER

Les barrages en papier de l'absurde ont de bougres de jours devant eux. Ainsi on nous dit qu'un bulletin pour l'actuel ministre de l'intérieur vaut rempart contre la répression fascisante. Un de ces quatre, peut-être faudra-t-il remettre les questions avant les réponses.  


 

1.7.24

ISMAËL KADARÉ

 

"Je m'attarde parfois à écouter le mugissement du vent qui étouffe le grondement du bief et j'ai alors l'impression que le vent hurle sur le monde entier.

Ismaël Kadaré (in Le général de l'armée morte) 28 janvier 1936 - 1er juillet 2024

29.6.24

IRRACIBLE et L'1CONSOLABLE

 

Qu'écouter qui fait sens lorsque l'impression dominante pourrait sembler être que plus personne n'écoute ? Les albums des rappeurs Irracible et L'1consolable, respectivement Fêlé et Sauvage semblent d'apodictiques pieds-de-biche (outil fendu en deux parties égales à ses extrémités pour favoriser énergiquement l'ouverture de ce qui est clos à double tour et refaire entrer la lumière). Deux disques dressant un état du monde en détails manifestes, imprégnés autant de la rivière que de la rive, comme de ses indispensables et urgentes colères. Graphiques sauvages (c'est à dire de pleine harmonie) garantis sans fourches caudines.

26.6.24

BILLIE BRELOK DIT FEDERICO GARCIA LORCA AVEC ONE ANOTHER ORCHESTRA

Billie Brelok rappe dans l'axe agité Lima-Nanterre, elle est l' (h)auteure de deux forts inspirés albums "L'embarras du choix" et "Gare de l'ouest volets 1 & 2" (ce qui aujourd'hui se traduit par "nécessaires"). On l'avait entendu à Nantes aux Rendez-vous de l'Erdre avec Ursus Minor en septembre 2018. Dans "One Another Orchestra" - est-ce si inattendu ? - elle dit la "Romance de la Guardia Civil española" de Federico Garcia Lorca dans (et non pas sur) une musique composée par Tony Hymas et jouée par One Another Orchestra. Elle est bouleversante : elle sait de quoi il s'agit (1312 - 1936 - 2024).
 
• Photographie François Corneloup (musicien de OAO, mais aussi photographe à visée - Seuils - éditions Jazzdor).
One Another Orchestra

18.6.24

HUIT ET DEMI avec ANOUK AIMÉE

 

"J’ai voulu raconter une fable où il n’y a rien à comprendre au-delà de ce que l’on voit." Federico Fellini à propos de Huit et Demi, avec Marcello Mastroinani et Anouk Aimée dans les rôles de Guido et Luisa Anselmi.

 

17.6.24

HÉRITAGE

 

Ça n'a rien à voir avec l'actualité préoccupante, mais voici pour se détendre, une petite fiche d'histoire ancienne. 

Il y a quelques temps de cela le roi François II de la Cinquième (ce qui ne correspond pas aux courses hippiques, mais au classement des républiques successives en France depuis 1792 avec leurs intermittences royales et impériales fort pénétrantes) régna pendant quasiment cinq ans avant d'abdiquer en période pré-électorale). Si sa place dans l'histoire sera sans doute aussi maigre que celle d'un précédent François II (1544-1560), son érette (diminutif de ère) a tout de même été marquée par un soutien fort appuyé au grand patronat. Sa "loi travail"(amplement soutenue par un de ses protégés, le futur Manu Ier de la Cinquième) a généré une forte contestation populaire très violemment réprimée. Pouvoir accru de la police, fichage, assignation à résidence, interdiction de certaines parties du territoire, comparutions immédiates en batterie, interdiction ou mise en cage de manifestations, déchéance de nationalité, interpellation d'une mineure immigrée Rom lors d'une sortie scolaire pour expulsion de sa famille, mise en œuvre de la construction d'un aéroport écologiquement et humainement imbécile (là aussi forte répression), etc. etc. etc. On aura tort de sous estimer celui qui fut un des brouillons actifs de sa succession. Une légende tenace prétend qu'il erre dans le club des revenants.

14.6.24

ERICH MÜHSAM

 

Histoire de passer le temps : le temps sans passer l'histoire.

Erich Mühsam fut un écrivain et auteur de chansons, allemand d'origine juive. Anarchiste, ami de Rudolf Rocker et Max Nettlau, il est l'une des figures marquantes de la République des Conseils de Bavières en 1919 aux côtés de Gustav Landauer, B. Traven ou Ernst Toller. La République de Weimar l'emprisonne 6 ans. Arrêté par les nazis le 28 février 1933, les SS l'exécutent au camp de concentration d'Oranienburg le 10 juillet 1934. Dans son journal intime, on trouve cette phrase toujours méditable : "Il faut avoir la gueule propre pour l'ouvrir toute grande."
 
 

12.6.24

TUCA ET FRANÇOISE HARDY

 

En 1966, la musicienne Tuca (de son nom de naissance Zagni Da Silva Valenisa) fuit le Brésil dirigé alors par le dictateur Castelo Branco. Dans un restaurant brésilien à Paris où elle chante, Tuca rencontre Françoise Hardy et produit de façon très indépendante le 11ème et (point de vue) de loin plus intéressant album de la chanteuse (Sonopresse 1971, sans titre, avec "Viens", "La Question", "Même sous la pluie"... ) ... où officie, outre Tuca (arrangements,  compositions et guitare) et pour certaines plages l'Orchestre de Paris dirigé par Raymond Donnez, un épatant duo de bassistes composé de Francis Moze et Guy Pedersen.

 

 

7.6.24

ÉRIC HAZAN

 

Le sous titre du fameux livre d'Éric Hazan L'invention de Paris est : "Il n'y a pas de pas perdus". Le constat est vital dans l'évidente proposition de déploiement de la géographie de nos imaginations. Éric Hazan, chirurgien remarquable, éditeur faramineux, auteur sensible, et figure à l'engagement lumineux en toutes sortes d'escales communes, nous a quittés le 6 juin 2024.

 

 

30.5.24

SCOTT ROSS
RÉCITAL DE 1987 À MONTREUX

 

Il arrive qu'un grand disque vous attende chez votre marchand ou marchande de journaux. C'est le cas avec le supercoquentieux récital de Scott Ross du 30 août 1987 à Montreux offert en CD avec le numéro de juin de la revue Diapason. Pièces de Jean-Henry d'Anglebert, Jean-Philippe Rameau, Johan Sebastian Bach, Domenico Scarlatti et Antonio Soler avec un "Fandango" de ce dernier qui culmine le culminant d'un vigoureux voyage, une lumière issue d'une citadelle de rêve, la raison éveillée.  

 
Diapason n°734 Juin 2024 - 8,90€

 

 

29.5.24

JEAN-PHILIPPE ALLARD

Interviewé par David Koperhant dans le n°108 du bimestriel Jazz News (juin 2024), le pianiste Kenny Barron répond à la question :

"Comment travaillez-vous avec Jean-Philippe Allard ?
- C'est lui qui m'a fait enregistrer à l'époque où j'étais le pianiste de Stan Getz. Il a de très bonnes suggestions et de très bonnes idées. C'est lui qui m'a proposé ce projet avec Charlie Haden et Roy Haynes, quelque chose que je n'aurais jamais imaginé !"
 
Les noms égrainés sur les livrets et pochettes d'albums discographiques sont ceux d'autant d'étapes d'indispensables complicités, et la mention "Produced by", une clé à portes multiples où les imaginations ne fuient pas. On a pu lire "Produced by Jean-Philippe Allard" près de 300 fois (Les Moines de Solesmes, Stan Getz, Abbey Lincoln, Christian Escoudé, Mavis Staples, Helen Merrill, Juliette, Juliette Gréco...). Le 18 mai a brutalement fermé cette porte là.