Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

4.8.07

DE NOUVEAU VISIBLE :
L'ANNÉE DES ZLITONS



Lorsqu'en 1934, Melvin Busdebel achève son film L'année des Zlitons, il est loin de se douter qu'il deviendra film culte pour un public marginal et décidé de la fin des années 1980. Cette sorte de fresque étrange mêlant science fiction et histoire (avec d'ailleurs une rigueur pour les scènes historiques rare dans le cinéma de l'époque - et à venir - on pense notamment à la séquence mettant en présence les compagnons de Jeanne d'Arc) fut plutôt (très) mal reçue à l'époque. Le critique James Cardwell dénonce dans Movie Now "la prétention d'une oeuvre dont le seul but est de nuire au cinéma tout entier" et le très dandy Cornell Zorech y voit tout simplement le premier signe de "la fin de l'art". La bande musicale très fournie, l'humour jouant à cache cache avec la gravité des scènes, le jeu des acteurs allant du burlesque à une économie quasi bressonienne, la permanence d'une "recherche de la profondeur de champ", c'est ainsi que Busdebel définissait sa démarche, sont aujourd'hui d'une actualité troublante. Si L'année des Zlitons n'est certes pas la fin de l'art, il contient pourtant le message annonciateur de la mutation de la société industrielle et de l'ancrage dans l'histoire comme nécessité. Souhaitons que l'édition en DVD du film (hélas seulement au Danemark, disponible en import) rende justice à un cinéaste, auteur de deux films par trop méconnus (l'autre L'entrée du Capitaine film muet -70 mn - de 1926 étant moins ambitieux).

5 commentaires:

jjbirge a dit…

Je ne peux m'empêcher de penser que L'année des Zlitons n'a jamais existé ailleurs que dans l'imagination de Joan Fontcuberta ou Orson Welles ;-) Ces faux nous font rêver souvent mieux que les vrais. Le plus beau serait de retrouver ce film comme les Premiers mètres de Pierre-Oscar Lévy ou les 15 inédits interprétés au piano par la sublimissime Brigitte Vée.

Raymond Vurluz a dit…

Une intégrale Brigitte Vée va être prochainement publiée aux Pays Bas, les 15 inédits devraient normalement en faire partie. N'est-ce pas cette pianiste qui avait fait une création au festival d'Automne, il y a pas mal de temps de cela, sur L'entrée du Capitaine de Busdebel ? Pour les accrocs de ce cinéaste, il existe un court métrage précédent L'entrée du Capitaine intitulé La mare aux chaussées qui eut à l'époque des ennuis avec la censure hollywoodienne. Quel dommage qu'il ne figure pas en bonus de l'édition danoise de L''année des zlitons (film effectivement admiré par Welles.

B. Meyer a dit…

L'année des zlitons fut pour moi une apparition

Frank Cole Thinaw a dit…

L'année des Zlitons ! Un véritable spotlight de l'histoire du cinéma

rousseau a dit…

Je donnerais toute ma pension de retraite des douanes pour avoir une copie de L'année des Zlitons. Pensez-vous que cela soit envisageable sans avoir l'air ridicule ? Un ami a trouvé aux Studios Universal une réplique en latex d'huile du Capitaine qu'on peut tordre dans tous les sens.
La scène où les soucoupes atterrissent au milieu des tasses est d'un sexy achevé, j'en mangerais mon bâton de Maréchal si j'étais certain de trouver une copie du chef d'oeuvre de Busdebel.