Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

26.8.07

À TRAVERS LE MIROIR



Tous les enfants ne furent pas marqués par l'adaptation en dessin animé (celle du producteur Walt Disney, futur informateur d'Edgar Hoover) du conte des frères Jacob et Wilhelm Grimm. D'autres se contentèrent de versions du récit racontées sur disque 45tours (ayant l'avantage d'atténuer le côté tristement alliéné de la jeune vierge - trop bien rendu dans le film). L'une des plus fameuses, celle où sur la couverture le prince chevauchait avantageusement, était jouée par Germaine Kerjean, Louise Debrakel, Roger Carel, Jacques Dufilho, Henri Virlogeux et ... Raymond Barre. Si la plupart des comédiens précités avaient de sérieuses références, pensionnaires à la Comédie Française, actrices et acteurs chez Julien Duvivier, Christian Jaque, Marcel Pagnol, Jean Becker, François Truffaut, Norbert Carbonnaux ou Yves Robert, ce Raymond Barre ne semblait guère avoir de bonnes notes de service de comédien. Ce dont les enfants se moquaient puisque ce qui leur importait était son interprétation impeccable du miroir annonçant à la reine mère avec une belle lenteur des mots rondement prononcés : "Vous êtes très belle Madame la reine, mais votre belle fille Blanche Neige est bien plus belle que vous". Alors en 1976, certains crurent un peu naïvement, ne pouvant se défaire des bons moments d'enfance, que le miroir était devenu premier ministre du Royaume giscardien (t'auras du boudin !). Mais le miroir avait de drôles de reflets, ainsi, avec la même voix qui parlait à la Reine, il annonçait au bon peuple à la télévision (autre miroir déformant) en 1980 suite à l'attentat antisémite de la rue Copernic : « Cet attentat odieux qui voulait frapper les Juifs se trouvant dans cette synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic ». Le miroir putride avait aussi embauché comme Ministre du Budget, dans deux de ses gouvernements successifs, l'ancien fonctionnaire du gouvernement de Vichy (et Préfet sous De Gaulle) : Maurice Papon. Il avait estimé (comme De Gaulle) que l'Etat était une chose si sacrée, qu'on ne pouvait se passer d'un bon fonctionnaire, fût il la pire des ordures. Dites nous miroir ...

3 commentaires:

Otto a dit…

A rappeler bien sur

Mobile a dit…

disque rayrayrayrayrayray

wako a dit…

et Messmer dans quel conte ?